lettres b, c et d

Ces lettres, secondaires sont très intéressantes par leur capacité à affiner et confirmer.

Alors pourquoi s'en priver quand les interprétations sont simples ?

Le b : le besoin de réserves (argent, provisions dans les placards, etc.)

Ne prendre en considération que la hauteur de la panse.

La hauteur de la panse est importante et dépasse la ligne médiane. La personne ressent la satisfaction des besoins matériels comme primordiale. Elle désire posséder et avoir beaucoup indépendamment d'un besoin réel et se traduit parfois par le besoin compulsif de posséder en double ou triple des produits usuels. Une sensation d'insécurité peut être causée par un sentiment de manque.

 

Lettre étroite, parfois surélevée. La panse est mince et reste confinée dans la ligne médiane.

L'économie et la sobriété définissent cette lettre et son scripteur. Cela va jusqu'à la restriction et l'ascétisme. La probabilité d'une origine biographique est à retenir. Le contexte est susceptible d'apporter les informations nécessaires. La surélévation (à vérifier avec les autres hampes du texte) donne l'indication, perçue comme besoin, d'aspiration à une meilleure condition matérielle.

 

Tracé rapide, sec. Hampe bâtonnée et boucle.

Ce tracé est le reliquat de conflit(s) contre les parents avec une vraisemblable incidence actuelle sur les relations sociales, par appréhension et prudence. Les idées et idéaux peuvent être entiers avec une notion d'intransigeance qui entrainent des échanges délicats.

Le geste symétrique se retrouve sur le "d".


Le "c" Le degré d'égoïsme

Ne pas tenir compte de l'épaisseur du trait...

 

Tout simple, il représente une personne sans difficulté.

Par contre l'apport d'un trait initial souvent détaché et raide modifie le portrait : manies et habitudes quotidiennes. Grossi il annonce une personne qui éprouve le besoin d'agir en "étant utile"

 

 

Haut de page
La lettre "c" débute par un enroulement et est sensiblement plus grande que les lettres médianes.

Ce tracé est assez courant. Très féminin, possessif, la personne annexe sa famille autour d'elle et va jusqu'à décider de toutes les orientations des membres de la famille qui en quelque sorte "lui appartiennent". Une bienveillance qui peut oublier les vrais besoins des autres.

270 votes. Moyenne 2.78 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site